UA-35202233-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Récital au Temple de Bursins, le 19 janvier 2014 à 17h00, sonates en trio pour orgue de J. S. Bach (transcriptions)

    Imprimer

    DSCF0173.jpgATTENTION! CETTE DATE EST ANNULEE ET SERA REPORTEE ULTERIEUREMENT. La responsable de l'organisation des concerts du Temple de Bursins vous prie de l'excuser de cette erreur de date.

    Sonates en trio transcrites pour flûte et orgue de J. S. Bach, le 19 janvier 2014 à 17h00, au Temple de Bursins.

    Orgue:Olivier Borel

    Flûte: Guy Raffalli

    Entrée Libre, collecte à la sortie

  • Concert privé pour flûte et orchestre du 22 octobre 2013

    Imprimer

    Concerto de Mozart en ré majeur

    Concerto en sol majeur de Johann J. Quantz en sol majeur

    Concerto "la Notte" de Vivaldi

  • Dans des univers différents

    Imprimer
    DownloadedFile.jpegRevue Musicale Suisse . Thierry Dagon, 29.09.2013

    Guy Raffalli, un interprète particulièrement inspiré, présente des œuvres de Fukushima, Sveinsson et Jolivet.

    Œuvres intenses, sans concession, taillée dans du granit, les trois pièces de Kazuo Fukushima (Requiem, Mei, Shun San) exigent de l’interprète une technique de souffle et de lèvres sans faille, ce que le flûtiste Guy Raffalli maîtrise à la perfection. Souvent sans vibrato mais avec des variations de pression, d’attaques, de couleurs qui ne sont pas sans rappeler parfois le sakuhachi, utilisation ornementale de micro-intervalles, de sons multiphoniques, de doubles-trilles, nous sommes résolument dans une écriture actuelle. Toutefois, Fukushima joue avant tout sur les juxtapositions d’émotions fugaces par lesquelles Guy Raffalli nous entraîne dans un monde de rêve habité de couleurs lumineuses.

    Les 21 miniatures de Atli Heimir Sveinsson nous guident dans un univers souvent tournoyant et ludique parfois presque naïf. Chaque morceau qui compose cette suite intitulée 21 tons doit être exécuté en 1 minute ce qui, suivant la padge, fait jouer passablement de doubles-croches à la seconde ! A la fin de chaque pièce, l’on perçoit d’ailleurs, comme en clin d’œil, le claquement caractéristique d’une pendule d’échecs. 21 petits tableaux d’une exposition, qui nous font voir un monde de rapidité, rompant totalement avec l’univers zen des pièces de Fukushima.

    Seules pièces « du répertoire », les merveilleuses Incantations d’André Jolivet trouvent en Guy Raffalli un interprète qualifié et particulièrement inspiré. Cette musique, composée il y a presque 80 ans, reste aujourd’hui tout à fait moderne. Encore faut-il s’entendre sur ce mot ! D’une beauté insaisissable, les incantations ont été écrites avec une liberté intellectuelle totale face aux canons de l’écriture. On y perçoit bien, parfois, des successions de 12 sons qui pourraient faire penser à l’école viennoise. Mais ce serait enfermer un compositeur farouchement indépendant, car, à peine une série dessinée, on part très vite vers des couleurs orientales sans qu’il y ait disparité. Les 5 mouvements nous mènent sur des chemins de liberté qui ont gardé toute leur fraîcheur.